sam. Nov 27th, 2021

La Bourse de New York a débuté la semaine en ordre dispersé, lundi, au lendemain d’un accord entre les pays pétroliers sur une baisse de production. Cependant, les investisseurs sont sceptiques quant à la capacité du secteur pétrolier à se remettre tant que la pandémie de coronavirus affecte fortement la demande mondiale. Dans ce climat angoissant, la saison des résultats des entreprises commence cette semaine à Wall Street, notamment avec les comptes des grandes banques américaines. Au-delà des comptes du premier trimestre, les analystes craignent que les prévisions des entreprises soient très mauvaises et qu’elles perdent beaucoup de visibilité, compte tenu des incertitudes sur la durée de l’épidémie de Covid-19.

A la clôture, l’indice Dow Jones perdu 1,39% à 23 390 points, tandis que le large indice S&P 500 reculé de 1,01% à 2 761 pts et le Composé du Nasdaq, riche en valeurs technologiques, a terminé en vert, gagnant 0,48% à 8 192 pts.

La semaine dernière, les indices américains ont récupéré 12,6% pour le DJIA, 12,1% pour le S&P 500 (sa plus forte hausse hebdomadaire depuis 1974) et 10,6% pour le Nasdaq, dans l’espoir d’un ralentissement. dans la propagation du virus et sous l’effet des plans massifs de soutien monétaire et budgétaire annoncés aux États-Unis et dans d’autres parties du monde.

En Europe, les marchés sont restés fermés le lundi de Pâques, tandis qu’en Asie la baisse a prévalu: -0,5% pour Composé de Shanghai et -2,3% pour le Nikkei.

Accord entre l’OPEP + et les États-Unis sur les réductions de production

Sur les marchés pétroliers, les prix ont réagi de manière volatile à l’annonce, dimanche soir, d’un accord qualifié « d’historique » entre l’OPEP et d’autres pays producteurs, dont la Russie, les États-Unis et le Canada, de réduire la production mondiale. Lundi soir, le prix du baril de brut léger américain WTI a finalement vendu 1,5% à 22,41 $ pour le contrat à terme de mai de Nymex, après s’être élevé à 8,7% sur la séance … Brent la mer du Nord a terminé 0,8% à 31,74 $ pour le contrat à terme de juin lundi soir, après un bond de 8% plus tôt dans la journée.

L’accord conclu dimanche soir stipule que L’OPEP + réduira sa production de 9,7 millions de barils par jour par rapport à son niveau de production en octobre 2018. En outre, trois autres pays, le Les États-Unis, le Brésil et le Canada contribueront à l’effort par un montant supplémentaire de 3,7 mbj.

Mais dans la mesure où la production actuelle de l’OPEP + est supérieure à la référence d’octobre 2018, un total de 14,5 Mbd (par rapport aux niveaux de production début avril) sera retiré du marché d’ici OPEP +, selon des sources proches des négociations. Par conséquent, selon des sources citées par l’agence « Reuters », Près de 20 millions de barils devraient sortir du marché au cours des mois de mai et juin, ce qui correspond à environ 20% de la demande mondiale avant la pandémie de Covid-19.

Cependant, les experts doutent de l’efficacité de l’accord, d’autant que la demande mondiale a encore diminué, de l’ordre de 30% à 35% en raison des mesures de confinement prises pour ralentir la propagation de l’épidémie de Covid-19 à travers le monde.

Des analystes dans le brouillard sur les résultats des entreprises

En matière de santé, les marchés restent focalisés sur les signes d’un ralentissement de la progression de la pandémie, ce qui se confirme dans plusieurs pays européens (Espagne, Italie, France), ainsi qu’à New York, épicentre de la maladie. aux États-Unis, où le nombre de décès quotidiens diminue légèrement.

Lundi soir, environ 572 000 cas de Covid-19 ont été détectés aux États-Unis et le nombre de morts était proche de 23 000, tandis que plus de 42 000 ont été déclarés guéris. Dans le monde, le nombre de personnes touchées par Covid-19 est désormais d’environ 1,90 million et le nombre de morts a dépassé 118 000.

Du côté des bénéfices des entreprises, les investisseurs se préparent au pire pour les comptes du premier trimestre, et en particulier pour les prévisions pour le deuxième trimestre en cours. De plus, le manque de visibilité a conduit de nombreuses entreprises à suspendre leurs prévisions, laissant les marchés dans le noir. De nombreux analystes ont abandonné les comptes 2020 et travaillent sur des scénarios de récupération des bénéfices en 2021.

Cette semaine, 23 membres de l’indice S&P 500 publieront leurs comptes, dont les principales banques américaines: JP Morgan Chase y Wells fargo Mardi Citigroup, Bank of America y Goldman sachs Mercredi Banque de New York Mellon Jeudi et Rue d’État Vendredi D’autres entreprises attendues incluent le géant de la santé Johnson et JohnsonMardi, l’assureur maladie UnitedHealth Group Mercredi et le groupe des services pétroliers Schlumberger Vendredi

Dollar et taux lent

Sur le marché des devises, l’indice du dollar, qui reflète sa performance par rapport à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise), avec une baisse de 0,1% à 99,42 points lundi soir. L’euro Ils ont chuté de 0,18% à 1,0915 $, tandis que les marchés ne répondaient pas à l’accord conclu jeudi soir par les ministres européens des Finances sur un plan de relance supérieur à 500 milliards d’euros pour sortir de la crise. de Covid -19.

Les marchés obligataires américains. USA Ils se sont retirés lundi, provoquant une légère tension sur les taux d’intérêt, qui évoluent dans le sens inverse des prix. La performance de T-Bond à 10 Il a gagné 4 points de base à 0,76% lundi soir. En Europe, la performance de Bund allemand Dans le même temps, il a chuté de 4 pb à -0,36% jeudi soir avant le long week-end de Pâques.

VALEURS À SUIVRE

Les valeurs pétrolières ont évolué dans un ordre dispersé après l’accord sur une production réduite. ExxonMobil diminué de 0,8% mais Chevron Il a gagné 0,7%. Halliburton Il a vendu 4,3% tandis que Wells Fargo a abaissé sa recommandation sur le groupe des services pétroliers à « pondérer en ligne » contre « surpondérer ». Un autre acteur du secteur pétrolier, Baker Hughes Il a gagné 3,3%, malgré l’avertissement que ses comptes du premier trimestre seront affectés par une charge de dépréciation exceptionnelle de 15 milliards de dollars, ainsi que par d’autres charges de restructuration de 1,5 milliard de dollars.

Moteur Ford Il a perdu 3,9% après que le constructeur a émis un avertissement sur ses comptes du premier trimestre. Cela devrait entraîner une perte d’exploitation (Ebit) de 600 millions de dollars et des ventes de 34 milliards de dollars, au lieu des quelque 37,2 milliards de dollars prévus par consensus. Cependant, le groupe a souhaité rassurer sa situation financière en précisant qu’il disposait de 9 milliards de dollars de liquidités le 9 avril, de quoi se maintenir « au moins » jusqu’à fin septembre, même en cas de non redémarrage de la production.

General Motors (-4,3%) et Fiat Chrysler Automobile (-1,9%) est tombé en sympathie avec Ford à Wall Street lundi.

Macy’s (-7,5%) a ordonné à la banque Lazard d’étudier différentes options pour renforcer son bilan face à la crise actuelle.

Delta Air Lines (-4,6%), SouthWest Airlines (-6%): Plusieurs grandes compagnies aériennes américaines ont demandé des conseils au Trésor américain. USA Et de l’administration Trump de revoir ou d’abandonner la proposition qui les obligerait à payer une partie des 25 milliards de dollars de prêts sectoriels accordés par le Congrès …

Boeing (-2,9%) ont ordonné aux banques d’investissement Lazard et Evercore d’étudier l’hypothèse des aides financières fédérales et celle des prêts au secteur privé. Jeudi, le Wall Street Journal avait annoncé que Boeing prévoyait un plan de réduction des effectifs qui pourrait toucher environ 10% de ses employés en combinant départs volontaires, départs anticipés à la retraite et licenciements …

Prudentiel (-2,4%). Le groupe financier sud-coréen KB a annoncé la signature d’un accord prévoyant l’achat de la totalité du capital de la filiale de l’assureur américain en Corée du Sud pour 2,3 milliards de wons (1,74 million d’euros).

JP Morgan (-4,4%) sera la première banque aux États-Unis à publier ses résultats trimestriels demain mardi. Le groupe a resserré ses critères d’octroi de crédits hypothécaires afin de limiter les risques liés à la crise des coronavirus.

Amazon il a bondi de 6,1%, le groupe e-commerce profitant de la pandémie de coronavirus. Amazon a déclaré lundi avoir embauché 100 000 personnes en seulement un mois aux États-Unis pour faire face à l’afflux de commandes en ligne depuis le début de la pandémie. Il veut en recruter 75 000 de plus dans le pays.

Alíbaba (+ 1,5%). KeyBanc a relevé son prix cible dans le groupe chinois de trading en ligne à 255 $ contre 248 $ avec un avis de « surpondération ». Le courtier s’attend à ce que les volumes rebondissent après avoir assoupli les mesures de confinement en Chine.

Caterpillar il perd 8,7%, subissant une dégradation de la recommandation de Bank of America Securities, qui vient de passer de «neutre» à «sous-performant» (vente) sur le titre de constructeur de machines de construction et d’exploitation minière.

De son côté, Bank of America Securities a formulé sa recommandation sur l’action FedEx (+ 1%) de « neutre » à « acheter », avec un objectif de cours élevé de 117 $ à 140 $.

Apple (+ 1,9%) a augmenté, malgré une note du courtier Raymond James, qui a abaissé son prix cible et s’attend à une baisse de la facturation des fabricants de smartphones cette année, en raison de la crise de Covid-19.

© 2020, Boursier.com