sam. Nov 27th, 2021

Même en période de conflits et de pandémies, certaines personnes doivent encore vendre ou acheter une propriété. Mais les règles ont changé, rappelez-vous La factureet les professionnels doivent adapter leur façon de travailler, chaque fois qu’ils peuvent travailler.

Pascale Sirard vit depuis de nombreuses années dans un appartement du Plateau-Mont-Royal, un quartier central et recherché de Montréal. Le triplex en brique rouge dans lequel il vit est plus qu’un immeuble: c’est une histoire de famille.

Elle a élevé ses deux enfants, devenus de jeunes adultes, au rez-de-chaussée, tandis que l’appartement supérieur était occupé pendant un certain temps par sa sœur et ses enfants, et l’appartement supérieur était occupé par ses parents.

En janvier, il a mis en vente l’appartement de sa mère, qu’il est entré dans une résidence après que son père a été placé au CHSLD. Vendu immédiatement.

Pascale Sirard se dit qu’il est temps pour elle et sa jeunesse de déménager dans un autre département qui leur appartient. Elle conseille son locataire, qui recherche un nouvel endroit pour vivre.

Cependant, son agent lui suggère d’attendre le printemps pour vendre son appartement qu’elle souhaite quitter.

Par conséquent, il a fait la déclaration de son vendeur le 12 mars. Le lendemain, un certain vendredi 13, il rendit la vente officielle. Ce même jour, les écoles ferment et la crise commence.

Pour vendre l’appartement de sa mère, une journée portes ouvertes a été organisée et le lendemain, elle a été vendue. Elle et son agent pensaient qu’ils feraient de même.

Mais quelques jours plus tard, les rassemblements de plus de dix personnes sont interdits. Maintenant, ils doivent oublier les visites gratuites où les gens se poussent à la porte.

Jusqu’au 23 mars, les visites des départements étaient cependant autorisées, selon des règles strictes. Par conséquent, chaque visiteur devait signer un document attestant de son état de santé et de son intention de respecter l’éloignement social.

Mais enfin, le premier ministre du Québec, avec l’appui du ministère de la Santé publique, recommande aux propriétaires de ne plus visiter les maisons.

Cette directive s’applique également aux propriétaires qui souhaitent vendre.

L’Organisation québécoise d’autoréglementation du courtage immobilier (OACI) est catégorique: les visites ne sont plus possibles.

Par conséquent, un courtier ne peut plus proposer avant le 4 mai au moins une date susceptible de changer. L’organisation met à jour sa page régulièrement et exhorte ses courtiers à suivre les directives.

Mme Sirard, qui fait affaire avec un courtier, ne reçoit plus de visiteurs.

Cependant, il considère qu’il a eu de la chance malgré tout, car un caméraman professionnel est venu chez lui le 19 mars pour filmer son appartement.

Elle a donc de belles photos à montrer lors de visites virtuelles. Ceux qui ont mis leurs maisons en vente après le 23 mars doivent filmer et photographier eux-mêmes leurs propriétés.

Mme Sirard a eu plus de 1 275 visites virtuelles.

Ceux qui vendent sans courtier

Parfois, il semble y avoir de la confusion chez certaines personnes qui vendent sans courtier.

La facture Il a reçu des courriels dénonçant le fait que des gens planifient des visites en ce moment, malgré l’interdiction.

Chez Duproprio, nous sommes convaincus que les 19 000 clients qui font affaire avec eux ont été contactés et sont invités à se conformer aux directives de la santé publique et du gouvernement.

Ceci est conforme aux recommandations de la Société d’habitation du Québec (SHQ), qui invite toutes les parties intéressées, jusqu’à nouvel ordre, à reporter toute visite physique.

Par conséquent, les visites à domicile et à domicile, ainsi que les entrevues de sélection des locataires, devraient être effectuées virtuellement. Le contexte dans lequel nous vivons actuellement nous oblige à repenser nos façons de faire », explique André Ménard, directeur des communications à la SHQ.



Images génériques de condos à Montréal.


© Ivanoh Demers / Radio-Canada
Images génériques de condos à Montréal.

Le défi des inspections.

Si les visites à domicile peuvent être virtuelles, il est impossible d’effectuer des inspections sans toucher le tuyau, ouvrir les armoires ou même les fenêtres.

Cependant, à l’heure actuelle, le Québec ne considère pas que les inspecteurs offrent un service essentiel. Ils pourront reprendre les travaux à partir du 20 avril, mais strictement pour inspecter les logements en construction qui doivent être livrés à leur acheteur.

À l’Association des inspecteurs en bâtiment du Québec, nous travaillons fort en ce moment pour être prêts lorsque le gouvernement leur donne la permission de recommencer à travailler.

Par conséquent, les inspecteurs en bâtiment disposeront de tout l’équipement nécessaire pour effectuer leurs inspections conformément à la réglementation sanitaire, que ce soit la préparation du site, les mesures de retrait à respecter ou le nombre de personnes admises. le temps. temps sur une propriété.

En attendant la levée de l’interdiction d’exercer cette profession, ou l’assouplissement du confinement, il est possible, bien que déconseillé, d’acheter sans inspection. Cependant, l’OACI recommande que l’inspection soit reportée à une date ultérieure, après la livraison, et qu’elle soit enregistrée.

Achetez ou vendez quand même

Il est également toujours possible d’effectuer des transactions immobilières, car les notaires font partie des services essentiels. Ils ont même le droit, dans le respect de l’éloignement social, de recevoir en pratique privée.

Mais n’imaginez pas plusieurs personnes dans la pièce comme avant. Le courtier n’accompagnera pas son client, par exemple.

Il y a aussi, et surtout, à partir du 1er avril, la possibilité d’effectuer toutes les transactions en ligne, jusqu’à la signature finale, qui peut se faire par voie électronique.

Une manière de procéder nouvelle et innovante que plusieurs notaires ont déjà intégrée dans leur pratique.

« Les notaires doivent respecter leurs obligations éthiques et doivent recommander leurs clients à d’autres notaires s’ils ne peuvent pas travailler pour des raisons de santé, par exemple », souligne François Bibeau, qui préside la Chambre des notaires.

Cependant, vous devez savoir que les notaires peuvent rencontrer certains obstacles dans leur pratique aujourd’hui.

Par conséquent, il peut parfois être difficile, dans le contexte de nouvelles transactions, de trouver des certificats de localisation car certaines municipalités ont fermé leurs services et les géomètres ne sont pas sur la liste des services essentiels, sauf pour la construction. qui reprendra le 20 avril.

Bref, acheter ou vendre signifie désormais devoir s’adapter en permanence.

Pascale Sirard, elle essaie de ne pas trop s’inquiéter.

Et lorsque vous ressentez une augmentation de l’anxiété, vous pensez à ceux qui ont perdu leur emploi et pensez qu’en fin de compte, vous êtes très chanceux d’avoir ce problème.